MAIRIE DE SAINT-VICTOR
Recherche
  Contact
Agenda
Actualité
Bulletin municipal
Travaux en cours
Infos diverses
Pratique et utile
  Lettre
  d'information
  Les vidéos
 
 
   
 

Histoire de Saint Victor


Saint Victor en quelques mots….

 

Le blason
Il évoque le Cher et son gué, le clocher à bulbe de l’église ainsi que les gorges et la source de Thizon.

* Population : 2145 habitants (recensement 2015)
* Superficie : 2322 ha
* Canton de Montluçon 1

* Membre de la Communauté d’Agglomération Montluçonnaise
* Cours d’eau : Le Cher

La commune de Saint Victor se situe de part et d’autre du Cher, au droit du gué de Sauljat, utilisé de l’Antiquité jusqu’à la construction d’un pont métallique en 1887. Ce gué est le point de communication entre les voies antiques qui longent la rivière sur chacune des rives et relient Néris-les-Bains à Bourges.
Aux alentours, une vingtaine de « villae » romaines et de nombreux fragments antiques indiquent une bonne implantation romaine dans un site déjà habité à l’époque préhistorique. Sur la rive gauche, au Moyen Age, le château de Passat assure la surveillance de ce point de passage, de même que le château de Thizon sur l’autre rive. En 1793, Saint-Victor s’agrandit au nord d’une partie de la paroisse de Sauljat. Au XXè siècle, son développement urbain est surtout visible aux hameaux de Nafour et des Varennes, proches de Montluçon. Jadis pays de vignoble, la commune vit maintenant de la zone artisanale du Pont des Nautes, du parc industriel Mecatronic,de la Technopôle de la Loue des gravières, de l’élevage du charolais et de l’usine de pneus Dunlop  située sur son territoire.

 

Pourquoi Saint Victor ? Histoire, réalité  et  légende?

Historique

VICTOR (Saint), Victor (vainqueur, triomphant, en latin), soldat, martyr à Marseille au troisième siècle, honoré le 21 juillet.
Victor appartenait à une famille de Marseille et servait dans les armées romaines comme officier ou comme soldat. La persécution déclenchée par Dioclétien et Maximien, qui avait déjà fait tant de victimes dans les Gaules, s'étant étendue à Marseille, répandit la consternation parmi les fidèles de cette ville. Victor, chrétien intrépide, allait pendant la nuit, de maison en maison, visiter ses frères pour les consoler et les exhorter à rester constamment fidèles à leur religion. Arrêté et conduit devant les magistrats, il confessa généreusement sa foi en Jésus-Christ. Ni les promesses et les menaces ne purent ébranler sa foi : il renversa même un autel qu'on avait dressé devant lui en le pressant de sacrifier aux idoles. Après avoir enduré divers tourments avec un courage héroïque, il eut la tête tranchée. Les abbayes de Saint-Victor à Marseille et à Paris furent bâties sous son invocation.

Cependant,le nom de Saint-Victor puise son origine dans le nom latin "Victor", donné à un pape du II ème siècle. Au XIV ème siècle, la paroisse est citée "Sancti Victoris".

La légende.

La légende dit qu'un saint ermite nommé Victor ayant rencontré la belle Marie-Madeleine dans les monts du Forez, entre Loire et Allier aurait été extrêmement troublé par les sentiments qu'il éprouvait à son égard. Craignant de succomber à la tentation, Victor aurait alors quitté cette région pour venir s'installer chez nous sur les rives du Cher ou il bâtit un prieuré.

Toujours tenaillé par le souvenir de la belle Marie Madeleine mais également attiré par une vie contemplative et pieuse, Victor fit vœu de consacrer sa vie à Dieu. Pour symboliser ce choix, Victor enfouit un tison en terre pour marquer son renoncement à son ardeur pour Marie-Madeleine. La légende dit que le lieu de cette scène donna son nom au village de Thizon.

Haut de page

La préhistoire

La découverte d'éclats éolisés vieux de 50 à 100 000 ans sur le plateau de Barrassier témoigne de la présence de l'homme dès l'époque paléolithique.

De même la découverte de lames, de grattoirs, de haches polies toujours sur le plateau de Barrassier mais aussi d'une meule en granit à Courtille et de divers éléments sur le plateau de Perreguines confirme l'activité de l'homme à l'époque néolithique.

L'époque gauloise et gallo-romaine

Le Cher

Les vestiges découverts sur les terrasses situées à l'est du Cher permettent de penser que Saint Victor était un lieu de vie et d'activité important à cette époque. Le Cher était alors navigable permettant de transporter voyageurs et marchandises sur des embarcations à fond plat. Il y avait une voie romaine de chaque coté du Cher sur lequel des gués avaient été aménagés permettant le passage d'une voie à l'autre. Sur la rive droite, l'une de ces voies reliait Néris à Bourges et sur la rive gauche l'autre voie suivait la crête de la colline de Perreguines pour se diriger vers Passat.

Le Cher

L'époque mérovingienne

C'est au milieu du 19éme siècle que fut mis à jour un cimetière mérovingien et plus particulièrement la sépulture d'une femme franque portant une inscription en latin "ici repose la servante de Dieu Sigeconde qui vécut 29 ans décédée le 8 des calendes de juin". Sigeconde était l'épouse de Gondebaud, petit-fils du roi Clotaire 1er et de son épouse Sainte Radegonde. Cette inscription datée du 6éme siècle atteste de la présence d'un monument religieux à Saint Victor.

haut de page

L'époque féodale, le moyen âge

Le témoin de l'époque féodale est le château de Thizon dont on peut voir encore quelques vestiges et qui garde l'entrée des gorges qui conduisent vers le plateau de Verneix. Ce château existait dès le 13ème siècle et a appartenu à des familles illustres de l'histoire de France dont la famille de Bourbon. Il fut le siège d'une chatellerie royale membre de celle de Hérisson.

Le fief de Passat porte le nom de la première famille qui le possédait au début du moyen âge dès 1070. Vers 1520 ce fief passe aux mains d'un riche bourgeois Montluçonnais, Antoine de Lyon qui avait accédé à la noblesse en devenant officier du grenier à sel de la ville.

 

 

 



 
MAIRIE DE SAINT-VICTOR
Mentions légales     Haut de page      Plan du site
MAIRIE DE SAINT-VICTOR